Parasites chez le chat : comment s’en débarrasser ?

By 26 décembre 2017Conseils

chat santéLes parasites chez le chat représentent l’ensemble des nuisibles internes et externes. Ils se développent dans l’organisme ou prolifèrent dans la fourrure de ces félins domestiques.

Le chat adulte comme n peuvent être impactés. Ces parasites sont capables de provoquer de graves troubles de santé. Il est alors important de réagir vite lorsque votre animal de compagnie se trouve infesté.

Apprenez à reconnaître les différents symptômes possibles pour une infestation par des parasites internes ou externes tout en en sachant plus sur les divers types de nuisibles présents dans la nature.

Découvrez ensuite comment traiter efficacement ce problème relativement fréquent chez le chat.

Les parasites internes chez le chat

Bien qu’on n’en entende peut-être moins parler, les parasites internes chez le chat sont tout aussi présents que les parasites externes. Ils se caractérisent sous la forme de vers ronds ou de vers plats et sont zoonotiques c’est-à-dire qu’ils peuvent se transmettre chez l’homme.

Les vers ronds et les vers plats chez le chat

Les vers ronds ont une origine digestive et selon l’âge du chat, la contamination ne sera pas exactement la même. En effet, le chaton se verra contaminé par le biais du placenta de sa mère ou de son lait. Un chat à l’âge adulte pourra se voir infester par l’ingestion de larves ou d’oeufs présents dans son environnement ou par l’intermédiaire de nuisibles tels que les rats ou par des parasites comme les puces.

On distingue 2 principaux types de vers ronds : l’ascaris et l’ankylostome. Ce sont les plus fréquemment rencontrés parmi la multitude de vers ronds qui existe. L’ascaris se fixe dans l’intestin grêle du chat et ses larves peuvent migrer à travers les poumons et le foie. Les symptômes engendrés par ce vers sont de manière générale : un retard de croissance, une anémie, des troubles digestifs, une toux et dans les cas les plus sévères une mort par occlusion intestinale.

L’ankylostome se fixe aussi sur l’intestin grêle et peut provoquer une anémie, un amaigrissement et une hypertrophie ganglionnaire.

Ce sont majoritairement les jeunes chats et les femelles gestantes qui sont les plus touchés par les ascaris.

Parmi les vers plats, c’est le ténia (et plus précisément le dipylidium caninum) qui est le plus diagnostiqué chez les chats adultes. La transmission de ce parasite se fait par l’avalement de la puce par le chat. Le ténia se traduit par un amaigrissement, des diarrhées, un prurit anal et de la nervosité. Des anneaux peuvent aussi être retrouvés dans les selles de l’animal.

Si vous suspectez une ou plusieurs de ces nombreuses manifestations chez votre chat, il est impératif de consulter un vétérinaire. Lui seul pourra vous indiquer de quoi souffre réellement votre animal.

Traitements contre les parasites internes chez le chat

Une règle d’hygiène de base est à rappeler lorsqu’il s’agit de prendre soin de votre chat : la vermifugation est indispensable et est à effectuer 4 fois par an.

Une fois atteint par les parasites internes, votre chat pourra avoir le choix entre plusieurs formes de traitements.

Les comprimés contre les vers sont idéaux pour les chats gourmands. Ils ne présentent pas de difficultés à être avalé et peuvent être obtenus chez votre pharmacien ou chez votre vétérinaire.

Les spot-on sont une autre forme d’antiparasitaires disponibles sur le marché. Ils nécessitent peu de manipulation et sont à mettre sur la nuque du chat. Cela évite que ce dernier ne lèche le produit. En principe, il est interdit de laver son chat pendant 48 heures après l’application.

Une autre solution consiste à injecter directement dans la gueule du chat un liquide. Il est aussi possible de lui verser subtilement le liquide dans sa nourriture. Le dosage se fait en fonction du poids de l’animal. Pour plus d’informations, renseignez-vous auprès de votre vétérinaire.

En général, tous ces antiparasitaires contiennent une multitude de molécules afin de couvrir un large spectre tout en évitant, bien sûr, une résistance aux vermifuges.

Les cas particuliers :

La vermifugation du chaton. Elle se fait à partir de ses 15 jours et ce, toutes les deux semaines jusqu’à ses deux mois. Entre 2 et 6 mois, la vermifugation ne se fait plus qu’une fois par mois. Ensuite, la fréquence rejoint celle de l’adulte c’est-à-dire tous les 3 mois ou à chaque fois que cela est nécessaire (infestation).

Les chats ne sortant jamais. Même s’ils ne sont pas épargnés, il est possible de réduire la fréquence de vermifugation : 2 fois par an suffisent.

La chatte en gestation. Un véritable rituel de vermifugation s’impose. Il est important de vermifuger au moment de la saillie, deux semaines avant la mise bas et deux semaines après la mise bas. Les vers inactifs profitent de cette période propice pour se réactiver et proliférer à travers la tétée.

Astuce : Si vous disposez de plusieurs animaux domestiques, traitez-les tous en même temps afin d’empêcher la réinfestation. La vermifugation doit être réalisée en dehors de la période de vaccination car celle-ci peut venir perturber son efficacité.

Halte aux idées reçues !

L’ail est parfois considéré comme un ingrédient ayant des vertus antiparasitaires. Or, cet argument est totalement faux. L’ail constitue un poison pour les chats (et pour les chiens!) car il détruit les globules rouges. Cette réaction de l’organisme peut conduire à une anémie parfois mortelle.

Les parasites externes chez le chat

Qu’il soit casanier ou non, un chat peut être sujet aux parasites externes. Le printemps est une période particulièrement propice à la prolifération car l’humidité et l’augmentation des températures favorisent leur développement.

Les parasites externes chez le chat sont visibles sur la peau et le poil de votre chat et peuvent poser de nombreux problèmes. On les désigne sous le nom de puces et sont de petits insectes bruns mesurant entre 2 à 4 millimètres. Elles sont hématophages et sont très présentes entre fin mars et fin octobre.

Leurs piqûres peuvent être à l’origine de démangeaisons et d’irritations en cas de forte infestation. Elles sont aussi à l’origine de dermatite allergique dans certains cas. Cette affection se manifeste entre autres par des papules, des croûtes et un léchage excessif.

A cause de prélèvements répétés du sang de l’animal, il est possible de constater une anémie (notamment chez les chatons).

Un autre type de parasite externe peut provoquer des désagréments à votre chat. Il s’agit de l’Ortodecte cynotis, un acarien responsable d’une affection nommée la gale. Il vit et prolifère dans le conduit auditif, ce qui génère une inflammation (otite) avec production importante de cérumen. La gale se reconnaît à cause de l’odeur très forte du cérumen et à son aspect marron foncé. Le chat aura tendance à se gratter et à secouer sa tête.

Enfin, l’aoûtat est un autre parasite externe pouvant être source de problèmes pour le chat. Il se fixe dans les zones de peau fine comme le pli des oreilles, par exemple. Il entraîne des démangeaisons intenses responsables de lésions de grattage.

Bon à savoir : Les tiques sont relativement rares chez les chats car ils les enlèvent en se léchant lors de leur toilettage.

tique chat chien

Une tique

Traitements contre les parasites externes chez le chat

Avant d’employer des traitements à usage vétérinaire, il faut savoir que quelques règles d’hygiène simples sont à adopter pour prévenir l’infestation. Des précautions peuvent être prises en mettant en place un soin régulier des oreilles du chat ou un contrôle de celles-ci. Il en va de même avec son pelage. Pensez à regarder régulièrement si de petites puces ne sont pas présentes à la racine de son poil. La transmission des nuisibles se fait essentiellement par simple contact avec un sujet atteint alors une hygiène rigoureuse est primordiale. Il est ainsi important de nettoyer les endroits fréquentés par l’animal afin d’éviter la prolifération. Pensez à privilégier les zones sombres car les larves fuient la lumière et aérez quotidiennement les pièces et les couvertures de votre animal.

Pour se débarrasser efficacement des parasites externes chez le chat, il faut tout d’abord faire attention aux produits anti-parasitaires utilisés car si vous possédez un chien il pourrait être tentant d’employer le même anti-parasite. Or, les produits pour chiens peuvent être toxiques chez le chat.

Rapprochez-vous de votre vétérinaire, il vous prescrira un acaride dédié aux besoins de votre chat. Le traitement indiqué devra être poursuivi jusqu’à la disparition complète des parasites.

Il existe diverses formes de traitements :

  • le spoton. C’est un antiparasitaire sous forme liquide présenté dans une pipette. Si vous optez pour cette solution, il faudra faire attention à l’appliquer à un endroit inaccessible à la langue du chat (par exemple : placer le produit entre les deux omoplates).
  • le spray. C’est le format le plus pratique et le plus recommandé en cas de fortes infestations. Il a une action immédiate.
  • les comprimés sous forme orale. Ils sont très intéressants pour les chats ayant une forte densité de poils ou souffrant d’hyperséborrhée. Ils permettent une utilisation efficace même si le chat ne peut avoir sa peau en contact direct avec le produit.
  • les colliers. Ils sont utiles car ils libèrent un principe actif au quotidien sur une période pouvant aller de 7 à 8 mois.

D’autres produits pour protéger votre habitat sont aussi disponibles sur le marché. Il s’agit de système diffuseur ou de sprays qui permettent de traiter l’environnement de votre chat et qui sont pourvus de substances adulticides ainsi que d’inhibiteurs de croissance des insectes. Leur action est immédiate et dure sur le long terme. Le spray est également très intéressant pour accéder plus facilement aux zones habituellement difficiles d’accès.

L’aoutat est un parasite qui nécessite un traitement complémentaire prescrit par votre vétérinaire. Il peut s’agir d’un anti-inflammatoire, d’un cicatrisant et/ou d’un antibiotique.

 

En définitive, vous l’aurez compris, les parasites chez le chat doivent être rapidement éliminés si vous souhaitez garder votre animal en bonne santé !

Vous possédez un chien ? Pas de panique ! des solutions d’hygiène existent aussi pour prendre soin de lui ! Découvrez notamment notre article « Laver son chien : tout ce qu’il faut savoir » afin de prévenir l’arrivée de puces et des tiques au printemps !